Pour un Avenir Citoyen au Tignet - PACT

PACT et le Golf de Grangeneuve

Lettre du Maire et point sur le Golf...

Le premier magistrat de la commune nous a gratifiés d’un « point sur le Golf » très personnel dans sa récente « Lettre du Maire ». Quelques éléments semblent avoir été oubliés ; nous tenons donc à compléter son message. Nous ne reviendrons pas 20 ans en arrière. Quand le projet de golf a vu le jour, « la population était la moitié de celle d’aujourd’hui ». Les problèmes de circulation ne se posaient donc pas. Et nous n’avions pas encore conscience de la fragilité de notre environnement. Nous remonterons simplement en mars 2008, date des dernières élections municipales. Dernière date où les Tignetans ont officiellement exprimé leur choix pour l’avenir de leur village au travers des promesses de la liste « Le Tignet Perspectives d’Avenir ». Nous nous contenterons simplement de confronter les dires et les actes du Maire aux positions prises lors de la campagne électorale par l’ensemble de l’équipe municipale. Des dires et des actes qui, comme vous le verrez, fluctuent au fil du temps...
1.jpg
Février 2008, extrait d’un tract de campagne de la liste « Le Tignet Perspectives d’Avenir : »

« Le golf réalisé, l’espace ne manquera-t-il pas pour faire la route ? La position de « Le Tignet Perspectives d’avenir » est sans ambiguïté : rien ne doit être décidé pour le Golf avant que le tracé de l’axe de contournement de Grasse ne soit définitivement arrêté. »

b_gard.jpg

Mars 2008, extrait d’une vidéo encore visible sur le Net. Pour visionner cette vidéo, cliquer ici.

« Nous sommes absolument déterminés à nous opposer au projet de golf, tant que l’assiette de la future Contournante ouest de Grasse n’est pas une réalité. c’est-à-dire les terrains définitivement acquis pour l’assiette de cette voirie ou, sinon acquis, du moins gelés de façon irréversible ça c’est notre souci numéro 1 dans notre équipe « Le Tignet Perspectives d’Avenir » et nous sommes intransigeants sur cette question là. »
2.jpg
20 juillet 2009, extrait de la séance du Conseil municipal :

Un conseiller municipal s’adresse à M. Bégard qui vient d’exposer son intention de mettre à l’ordre du jour du prochain Conseil municipal la vente des chemins communaux au promoteur du golf de Grangeneuve :

« Nous avions dit que nous nous pencherions sur le problème du golf après avoir réglé le problème de l’emprise de la Contournante, c’était notre engagement, on l’a dit plusieurs fois. Quand on déclare en réunion publique ce genre de chose, notre honnêteté veut que l’on respecte cet engagement pris devant la population. »

Réponse de M. Bégard : « Je pense qu’on peut se tromper, on a droit à l’erreur aussi ; tout le monde a droit à l’erreur, on le voit constammentLa délibération va seulement autoriser à ce qu’il y ait enquête publique, c’est tout, c’est tout, après on aura encore la possibilité de revoter .»

Mais, en lisant les délibérations du 26 octobre 2009, que lit-on ? : « La commune s’engage formellement à déclasser puis à céder à l’aménageur, la partie du chemin de la Maure concernée par son projet. » « Le Conseil municipal ... autorise le Maire à signer tous actes concernant l’ensemble de la procédure, ainsi qu’à céder les terrains … sous condition du respect des réserves …de Monsieur le Préfet de Région. ». Est-il besoin de faire un commentaire ?
3.jpg
26 octobre 2009, extrait de la séance du Conseil municipal.

M. Bégard répond à un conseiller qui lui rappelle, une fois de plus, ses engagements de campagne : « Tu parles des engagements que nous avons faits à la population, j’ai ici notre document de campagne. A aucun moment, on ne parle du golf. Quand je dis que ce n’est pas dans mes engagements, … c’est que nous avons fait un premier document de 8 pages et, après, notre profession de foi, et c’est à elle que je me réfère … à aucun moment, dans ces 14 articles, il n’est question du golf. »

Réponse restée sans effet d’un conseiller montrant le recto du document dont parle le Maire : « Là, il est marqué : « La position de « Le Tignet Perspectives d’Avenir » est sans ambiguïté. Rien ne doit être décidé pour le golf avant que le tracé de l’axe de contournement de Grasse ne soit définitivement arrêté
conclusion.jpg
Au mépris de ses engagements de campagne qui mettaient en avant concertation et priorité pour la Contournante, malgré les remises en cause des emplois et des retombées fiscales liés au golf, malgré un sondage montrant que 92 % des Tignetans demandaient le report de la vente des chemins communaux, le conseil municipal a décidé de vendre les chemins de Grangeneuve à 13 voix contre 10, décision prise au mépris de la vérité, puisque s’appuyant sur une supposée désaffectation de ces chemins.

Or, vous et nous savons bien qu’ils sont ouverts au public et régulièrement fréquentés.

Vous aurez compris que cette décison du type, "Je suis élu, je fais ce que je veux" ne correspond en rien avec la vision que nous avons de la vie publique. Pour toutes ces raisons, il a été demandé au Maire l’annulation de ces 2 délibérations. S’il ne répond pas favorablement à cette demande, ce sera le Tribunal Administratif qui aura à trancher. Nous avons tenu, comme toujours, à vous en informer.

Golf de Grangeneuve : on ne vous a pas tout dit !


L’exposition organisée par Taulane Invest, promoteur du golf de Grangeneuve, ne vous a pas informés sur l’essentiel : au-delà des conséquences écologiques de ce projet, se pose, en effet, sa pertinence économique pour la commune.

Le Tignet comptant 3150 habitants, les 130 maisons du Domaine de Grangeneuve nous feront dépasser très rapidement les 3 500 habitants. Nous tomberions sous le coup de la loi SRU nous obligeant à avoir 20% de logements sociaux : 300 et 400 logements à financer. Or, la commune ne possède pas le foncier nécessaire à la construction de ces logements, il faudra l’acquérir.

L’augmentation de population de 1000 à 1500 habitants qui s’en suivra nous obligera à adapter nos infrastructures écoles, chemins, etc…

Enfin, tous ces nouveaux-venus, en l’absence de Contournante dont on a des nouvelles plutôt pessimistes, se retrouveront sur la route de Draguignan, aggravant les problèmes de circulation….

Au lieu d’une lente progression qui nous permettrait de d’anticiper ces dépenses, cette brutale augmentation de la population aura un coût financier immédiat pour la commune, un coût en qualité de vie pour les Tignetans et en pertes de productivité pour les entreprises dont la route est un outil de travail. Les retombées financières du golf compenseront-elles ces inconvénients ?

La réponse est non : l’hôtel de 96 chambres est remis en question : la commune de Peymeinade où il doit se situer a bloqué le projet afin d’entamer une réflexion sur son territoire. Problème, l’hôtel devait fournir la quasi totalité de la taxe professionnelle et des emplois. Même s’il se faisait, la suppression de la taxe professionnelle par le gouvernement nous en priverait. Même si la taxe professionnelle n’était pas supprimée, elle tomberait dans les caisses de la communauté de communes, alors que les dépenses citées plus haut seraient, elles, communales

Au final, le golf et ses 20 000 m2 de bâtis ne rapporteraient à la commune que les seules retombées des taxes foncières évaluées à quelques 45 000 euros annuels, chiffre confirmé par le promoteur.

Aussi, lorsque celui-ci annonce des retombées fiscales s’élevant à 450 000 euros par an et qu’il accuse certaines associations de pratiquer la désinformation, nous croyons rêver !

Enfin, le promoteur voyant son projet remis en question par la décision de Peymeinade et par des problèmes environnementaux, propose maintenant de réduire à 9 trous son parcours de golf et à ne bâtir que les 130 villas prévues sur Le Tignet. Cette proposition est la pire de toutes : elle cumule tous les inconvénients cités et réduit à néant tous les avantages : il existe déjà 11 parcours de golfs de 18 trous dans un rayon de 25 km autour du Tignet, la plupart en déficit chronique, et un parcours de golf de 9 trous qui ne risque pas d’attirer grand monde serait un contre-sens économique.

Devant la fragilité de ses arguments, le promoteur « communique » et agite maintenant les risques d’incendie, mettant en avant la promesse de réaliser à ses frais une piste DFCI sur son domaine si la vente des chemins communaux se réalise. Une menace toute relative puisqu’il déclarait lors de son exposition qu’il entretenait parfaitement sa propriété. Mais, si sa crainte de voir s’embraser Grangeneuve est si vive, et puisque, apparemment, il en a les moyens financiers, qui l’empêche de faire cette piste ? Et pourquoi lier la protection de SON domaine à la vente de NOS chemins ? Si le golf se fait, cette piste sera une protection supplémentaire qui rassurera les acheteurs de villas, et s’il ne se fait pas, il pourra toujours récupérer sa mise lors de la vente de son domaine en faisant valoir cet argument.

C’est dans ce contexte qui devrait rendre prudent tout gestionnaire qu’une partie du conseil municipal du Tignet s’apprête néanmoins à céder au promoteur les chemins communaux traversant Grangeneuve.

Or, en l’absence de retombées fiscales, pour que le golf ne se fasse pas au détriment des Tignetans, il faut obtenir des compensations financières du promoteur. Pour bien négocier, il faut être en position de force. Vendre ces chemins maintenant, alors que rien ne nous y oblige, c’est perdre le meilleur de nos arguments.

Mais, compte tenu des 9 réserves émises par le Préfet, il n’est pas dit que le golf puisse se faire. Dans ce cas, le Domaine de Grangeneuve, libéré des servitudes que constituaient les chemins communaux, prendrait une plus-value qui rebuterait sans doute des acheteurs potentiels ayant des projets autres qu’immobiliers…

Dans tous les cas de figure, golf ou pas golf,la vente des chemins communaux de Grangeneuve est prématurée et contraire à nos intérêts

Il nous paraît urgent de reporter cette vente et d’attendre qu’un dossier définitif soit présenté, démontrant que le projet s’inscrit bien dans le cadre du développement durable, c’est-à-dire qu’il respecte l’environnement, qu’il soit économiquement viable, supportable par la commune et socialement acceptable. Car force est de constater, qu’actuellement, le compte n‘y est pas.

Si nous ne sommes pas convaincus sur le fond que le golf soit une bonne affaire pour les Tignetans, nous sommes par contre catégoriques pour dire que la manière dont est traité ce dossier est inacceptable.

En effet, durant la campagne électorale, l’équipe municipale en place a lié la réalisation de ce projet à celui, beaucoup plus incertain encore, de la Contournante Le Tignet-Grasse.

Si cette Contournante ne se fait pas, comme certains l’annoncent, nous demandons haut et fort qu’un référendum précédé de réunions publiques contradictoires soit organisé au Tignet sur l’opportunité de réaliser un golf. Il en va du respect des citoyens, sur lequel nous ne transigerons pas.

Mais, pour l’heure, le problème est bien la vente des chemins communaux. Nous invitons donc les Tignetans parce qu’une décision importante pour leur avenir va être prise à venir défendre leurs intérêts en assistant, dans le silence qui sied à ces lieux, au

Conseil municipal du 26 octobre, 19 h, Mairie du Tignet

Sondage d'opinion sur la vente de chemins communaux au Domaine de Grangeneuve...

Dans leur boîte aux lettres, les Tignetans ont trouvé ces derniers jours des documents relatifs au golf de Grangeneuve : dépliant sur papier glacé distribué par le promoteur, copie d'une lettre adressée aux conseillers municipaux par l'association ADEPTE et, enfin, un sondage d'opinion sur la création d'un centre de village au Tignet et sur la vente des chemins communaux situés sur le Domaine de Grangeneuve.

Ce sondage a été distribué à l'initiative d'une dizaine de conseillers municipaux afin de solliciter l'avis des Tignetans sur deux sujets déterminants pour l'avenir de notre village. Cette démarche correspond exactement à l'état d'esprit qui anime notre propre association. Nous faisons donc un appel pour que tous les Tignetans qui nous lisent répondent à ce sondage et fassent comprendre autour d'eux son importance. Répondez dans un sens ou dans un autre, mais répondez...

Pour accéder directement au questionnaire et y répondre en ligne, cliquer ici.

Un oeil neuf sur le dossier du golf de Grangeneuve...

Pierre Ratcliffe, blogueur du Pays de fayence, est venu promener un regard critique sur l'exposition organisée par le promoteur Taulane Invest sur le Domaine de Grangeneuve. Une visite que nous lui avons suggérée sans autre commentaire pour qu'un avis indépendant et dépassionné soit donné sur un projet qui fait beaucoup parler de lui en ce moment.

Il en résulte un article très documenté, avec de nombreux liens, auquel vous pourrez accéder en cliquant ici.

Biodiversité, une assurance pour l’avenir…


Ceux qui pensent que les écologistes se battent pour maintenir la biodiversité pour de simples raisons d’esthétisme ou par marotte de collectionneurs, et qu’ils sont donc, par voie de conséquence, un obstacle au progrès en empêchant la réalisation de certains projets pour éviter la condamnation de quelques bestioles ou plantes protégées, ceux-là devraient lire attentivement les deux anecdotes qui suivent, toutes deux bien réelles :

Dans les années 50, un citadin fraîchement converti à l’agriculture, consterné de voir une partie de sa récolte de cerises mise à mal par les oiseaux, décida de les éliminer. Il mit tout en œuvre pour y parvenir : pièges, fusil, graines empoisonnées, épouvantail…Le temps des cerises revenu, les volatiles étaient morts ou avaient déserté son exploitation et l’homme, satisfait, s’apprêtait à faire la plus belle récolte de sa vie. Ce fut l’inverse qui se produisit. Il avait oublié que si les oiseaux se délectent de quelques cerises, ils se nourrissent avant tout d’insectes. En l’absence d’oiseaux, les insectes se mirent à proliférer et dévorèrent les cerises. La leçon coûta une récolte à notre homme qui se garda bien l’année suivante d’éliminer les oiseaux, se contentant d’essayer de les détourner de ses précieux fruits.

Dans les années 70, un biologiste découvrit dans la forêt australienne une espèce de grenouille non encore répertoriée. A sa grande stupéfaction, il constata que le spécimen qu’il observait crachait littéralement des têtards. Dans un premier temps, les biologistes, incrédules, ne prirent pas l’information au sérieux. Il faudra attendre plus de vingt ans pour que les faits soient acceptés : la Rheobatrachus Silus avale les œufs qu’elle pond ; dans son estomac, les têtards naissent et sont recrachés lorsqu’ils arrivent à maturité. Le mystère était de savoir comment ces oeufs pouvaient se développer dans un milieu acide destiné à digérer les aliments. Une première étude montra que la grenouille en question produisait une substance qui neutralisait les puissants acides gastriques, protégeant ainsi sa progéniture. Las, avant que les laboratoires pharmaceutiques ne puissent entreprendre de plus amples recherches, la Rheobatrachus Silus s’éteignait comme de plus en plus d’autres espèces dans le monde. Un immense espoir pour tous ceux souffrant d’un ulcère à l’estomac s’était brisé sur les dommages collatéraux liés au réchauffement climatique…

RS.jpg

Que faut-il conclure de ces deux anecdotes ?

Du premier, on peut déduire que la vie est le résultat d’un équilibre fragile où les espèces dépendent les unes des autres mais aussi des caractéristiques du milieu qui les abrite. Une interdépendance complexe que nous ne connaissons encore que très imparfaitement. Que l’on supprime un élément, et c’est l’ensemble tout entier qui peut être remis en cause. Ainsi, exemple à marteler, une éventuelle extinction des abeilles ne se solderait pas par la seule disparition de miel dans les rayonnages des magasins d’alimentation, mais par celle quasi totale de tout aliment : par leur rôle de pollinisation, nos insectes butineurs assurent la reproduction de la plupart des plantes… Tolérer ou permettre la disparition d’une espèce, c’est donc jouer à l’apprenti sorcier et s’exposer à des conséquences que nul à l’époque actuelle ne peut mesurer dans toute leur ampleur. Avec, en fin de chaîne, bien souvent à la fois coupable et victime, l’Homme…

La leçon à tirer du deuxième, c’est que, à l’instar de certaines plantes à l’origine de médicaments, chaque espèce peut être la réponse à un problème rencontré par l’Homme. La vie est en constante mutation, l’apparition du virus H1N1 en est la dernière preuve. Ces mutations peuvent être anodines ou menaçantes. Nul ne sait si une espèce jugée actuellement « inutile » ne sera pas, demain, la réponse à une nouvelle menace rencontrée par l’humanité. Chaque espèce éteinte, chaque gène disparu est donc une chance perdue de vie meilleure - ou de vie tout court - pour nous ou nos enfants…

Des deux exemples, enfin, on peut tirer la conclusion que, parce qu’elles conditionnent la pérennité de notre espèce, toutes les représentations de la vie doivent être considérées comme patrimoine de l’humanité et non comme propriété de certains.

Pourtant, niant ces faits, et parce qu’il ne pense qu’à son confort immédiat et veut plus que ce que la planète ne peut lui procurer, l’Homme semble vouloir occulter qu’il est à l’origine de la plus grande vague d’extinction d’espèces qu’ait connue la Terre. L’une des causes de cette catastrophe est la production de gaz à effet de serre qui provoquent un réchauffement climatique modifiant les caractéristiques des écosystèmes à un rythme tel que les espèces ne peuvent s’y adapter et disparaissent.

Une autre cause majeure dela disparition des espèces est la destruction directe de leurs milieux par l’Homme, que ce soit par déforestation ou par extension des zones constructibles.

Cette situation est très préoccupante : nous sommes en train de vivre à très grande échelle la fameuse histoire de la poule aux œufs d’or. A un détail près, qui a quand même son importance, c’est que nous ne possédons en tout et pour tout que cette seule poule et qu’elle représente l’héritage des générations futures

Aujourd’hui, nous sommes arrivés à un tournant du destin de l’humanité : nous pouvons continuer sur la même lancée et laisser à nos enfants une planète dévastée et hostile, ou bien réagir, infléchir nos comportements pour limiter les conséquences de nos erreurs passées. Cette dernière solution est finalement la seule façon de montrer que nous aimons vraiment nos enfants.

Demain, les Tignetans auront à se prononcer, d’une manière ou d’une autre, sur l’opportunité de la réalisation d’un ensemble golfique à Grangeneuve. Le dossier est complexe, et parmi les nombreux arguments en défaveur du Golf, nous y reviendrons, on trouve la menace que ferait porter le projet sur quelques espèces protégées. Le but de ce texte est de faire comprendre qu’au moment de décider, les tortues cistudes vivant à Grangeneuve devront peser plus dans la balance que les quelques grammes qu’elles pèsent dans la réalité…

Du nouveau sur le golf de Grangeneuve...

Certains d'entre vous l'auront remarqué, paru dans Nice Matin du 13 août, rubrique annonces légales, la préfecture des Alpes-Maritimes a rendu publique la décision du préfet de région autorisant la création d'une Unité touristique nouvelle (UTN) au Tignet, première étape de la réalisation d'un complexe golfique dans le domaine de Grangeneuve.

Arr_t_pr_fectoralgolf.jpg

Cette annonce qui paraît ouvrir bien grande les portes à la création d'un golf au Tignet cache une situation bien plus complexe qui a attiré notre attention. Tout d'abord, promesse électorale de l'équipe municipale en place, le tracé de la contournante ouest de Grasse devra préalablement être définitivement arrêté, il en va de l'avenir économique de notre canton et de la qualité de vie de ses habitants.

promessecampagnegolf.jpg

Il faut ensuite se pencher avec attention sur l'arrêté du préfet de région, document public mis en ligne sur le site de l'association ADEPTE, auquel vous pouvez accéder en cliquant ici.

On se rend compte alors que la liste des réserves émises par le préfet de région pour permettre la réalisation du golf de Grangeneuve dépasse de loin les critiques que nous avons pu formuler. Du problème des ressources en eau, à celui des capacités financières de la commune à répondre aux coûts induits par un projet pharaonique, la liste est impressionnante et donne à réfléchir. Plus que jamais, nous veillerons à ce qu'une réalisation immobilière privée ne porte pas atteinte à l'intérêt général, but principal de toute action politique et citoyenne...